Des Visions et des Sons // Stevie Gregg

edaaeqbankFR

Stevie Gregg travaille dans le domaine des ressources humaines à Equitable Bank. Il est titulaire de deux diplômes en commerce et d’un certificat d’études supérieures en ressources humaines. Il a vécu dans quatre provinces canadiennes, mais appelle maintenant la maison de Toronto.

 

De prime abord, cette œuvre me rappelle une émission de télévision pour enfants – des couleurs vives, des silhouettes de dessins animés, beaucoup de mots qui clignotent et de mouvements. Bien que ces éléments lui donnent une atmosphère d’optimisme et d’insouciance, l’animation est aussi accompagnée d’un sentiment d’obscurité. Même si elle ne révèle pas immédiatement l’histoire ou le sens des conversations apparemment banales qui se déroulent à l’écran, l’œuvre traduit un sentiment d’appréhension quant à la direction que prend la société.

Les silhouettes ou les personnages sont présentés comme des chiffres; ils se parlent et interagissent à des niveaux superficiels, imitant les interactions futiles que la plupart des gens vivent quotidiennement. Pour moi, ces personnages sont une prédiction de ce que nous sommes en train de devenir – simplement des nombres, s’enfonçant plus profondément dans notre dépendance envers nos appareils (ou envers les entreprises qui les contrôlent) et se retrouvant le plus souvent seuls alors que nous cherchons à établir des liens. Pourtant, j’ai tout de même pu sentir l’humour et l’humeur ludique de l’artiste en ressortir. Ces contrastes entre la lumière et l’obscurité sont présents dans toute l’œuvre et renforcés par son style graphique, avec des silhouettes sombres, des formes géométriques audacieuses, des couleurs primaires et un dialogue.

Ma partie préférée de cette œuvre d’art est son silence qui, ironiquement, lui permet de formuler un énoncé puissant. Parmi toutes les œuvres d’art numérique de notre collection que j’ai regardées en me préparant pour écrire ce texte, je dirais que celle-ci doit beaucoup au récit narratif. Non seulement présente-t-elle un dialogue écrit réel – ce que les autres éléments de la collection ne font pas –, mais elle nous permet aussi d’entendre nos propres sons, et les sons qui nous entourent, simplement en la regardant. Au fur et à mesure que l’œuvre progresse, les mouvements animés et le dialogue sont faits pour évoquer ce que vous devriez entendre, ce qui – je ne peux qu’imaginer – doit être entendu différemment par chaque spectateur.

En silence, nous ne nous retrouvons qu’avec le fonctionnement de notre propre imagination plutôt qu’à écouter passivement ce qui nous est présenté. En supprimant tout le son en même temps, nous sommes forcés de travailler plus fort pour vraiment écouter.

“Des Visions et des Sons” est une réponse au gagnant de l’EDAA 2017, une animation intitulée AEIUO par Fanny Huard. Vous pouvez en apprendre plus sur l’oeuvre d’art ici et rencontrer Fanny ici.